Au coeur du monde océanien La Polynésie française est située au coeur du Pacifique Sud. Ensemble de cinq archipels, elle appartient au groupe oriental des îles polynésiennes.

Elle se situe à l’est de la Micronésie et de la Mélanésie, autres ensembles insulaires qui, avec la Papouasie Nouvelle-Guinée, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, composent le «continent» Océanie. La Polynésie française est donc située au centre de ce que l’on appelle communément le « triangle Polynésien ».

Les pointes de ce triangle sont représentées par Hawaï (au nord), la Nouvelle-Zélande (au sud-ouest) et Rapa Nui, l’Île de Pâques (à l’est). « Des îles nombreuses » La Polynésie française est composée de 118 îles regroupées en cinq archipels : la Société, Les Tuamotu, les Marquises, les Gambier et les Australes. Cette multiplicité d’îles est d’ailleurs à l’origine du nom du pays dérivé du grec Poly, signifiant nombreux/plusieurs et Nesis, signifiant îles.

Des îles volcaniques L’ensemble des îles de la Polynésie française est d’origine volcanique. Ce sont les sommets émergés d’anciens volcans. Nées d’une activité volcanique intense, les îles polynésiennes n’en ont plus aucune aujourd’hui : seuls les paysages révèlent cette origine. Les coraux bâtisseurs Parallèlement à ces phénomènes volcaniques, d’importants massifs de coraux se développent sur les flancs rocheux de l’île, participant à la construction de deux types de récifs : un récif « frangeant » le long des côtes et un récif « barrière » au large. Au fur et à mesure que l’île « s’enfonce », se forme donc un lagon de plus en plus grand.

Dans le cas des atolls, le volcan a totalement disparu sous la surface des eaux, ne laissant apparent que cet anneau corallien. Le récif est ponctué, de manière irrégulière, de ‘motu’, nom d’origine polynésienne désignant des petits îlots coralliens. Ces motu alternent avec des parties immergées au rythme des marées. Le récif est également parsemé d’entailles peu profondes appelées hoa et de passes, plus profondes, qui font communiquer les eaux de l’océan et celles du lagon. La plupart des atolls possèdent une ou plusieurs passes, d’autres – plus rares – sont totalement fermés.

Le monde des atolls polynésiens Ces formations géologiques vivantes que sont les atolls ont donné lieu à des paysages spécifiques dominés par l’omniprésence de plages de sable blanc. Vu du ciel, les lagons offrent une magnifique palette où toutes les nuances du bleu sont représentées : de l’indigo au turquoise. Les fonds sous-marins coralliens, d’une richesse biologique remarquable et d’une grande beauté, font des atolls polynésiens des sites de plongée sous-marine particulièrement renommés. Avec plus de 84 atolls, la Polynésie française est une des plus grandes concentrations d’îles coralliennes au monde. Les îles montagneuses Les îles hautes sont caractérisées par un relief montagneux dont l’altitude peut varier de quelques centaines à plus de 2 000 mètres. Point culminant de la Polynésie française, le Mont Orohena sur l’île de Tahiti s’élève à 2.241 m au-dessus de l’océan. Aux Marquises, le Mont Temetiu à Hiva Oa, plus haut sommet de l’archipel, s’élève quant à lui à 1.276 m. De profondes vallées sillonnent les flancs de la montagne, creusées par des rivières torrentueuses. Des planèzes, contreforts souvent inaccessibles de la montagne, forment un écran entre les sommets et une bande littorale plus ou moins étroite qui accueille l’essentiel des activités humaines, notamment touristiques, avec de nombreuses plages : de sable noir d’origine basaltique, ou blanc d’origine corallienne. Ces îles hautes font ainsi alterner les paysages contrastés de montagnes altières, de vallées encaissées, et d’une bande littorale bordée de plages. Elles donnent à voir une végétation luxuriante (incluant parfois de très grands arbres), caractérisée par des variations spécifiques selon leur implantation : bord de mer ou intérieur de l’île, vallées, plateaux ou sommets.

Deux saisons distinctes La particularité principale du climat tropical polynésien est l’alternance de deux saisons : l’une dite chaude et l’autre dite fraîche. Pendant la saison chaude qui va de novembre à avril, correspondant à l’été austral, la température moyenne en journée se situe entre 27 et 30°C, avec un taux d’humidité dans l’air qui peut osciller entre 65 et 100%. Pendant la saison fraîche correspondant à l’hiver austral, entre mai et octobre, les températures sont plus basses en journée, entre 25 et 28°C, avec un taux d’humidité moindre. Le climat est alors particulièrement agréable. Le régime des pluies est naturellement plus important lors de la saison chaude - que l’on appelle aussi la saison des pluies - avec un ciel qui peut rester chargé pendant plusieurs jours durant les périodes de dépression atmosphérique. Mais ces pluies tombent souvent en alternance avec un retour du soleil, cette alternance étant plus ou moins marquée, là aussi, en fonction des nombreux microclimats.

Bon voyage !

Martin Verville, propriétaire